Sunday, December 23, 2012

Tishpishti :)

Este anyo me ambezi la resefta de tishpishti, ke es una maraviya
No puedo dar la resefta, vo a demandar si puedo vos dar la

Fina ke la resefta viyene vos dezeyo una anyada buena kon paz i salud

Besos

5 Comments:

Anonymous Anonymous said...

Puzzled by your blog.
3 different people, 3 countries.
One ancient language, One history.
Maybe an article of who you are and how come you can still speak ladino.
Try to get the recipe!

4:17 AM  
Blogger newtols said...

My slightly modified version has less oil and more honey (used to be equal parts):
Preheat oven to 350
In a medium saucepan combine
1 cup water
1 1/4 cup honey
3/4 cup canola oil
Bring to a boil (keep an eye on it; once it starts to foam, it can boil over very quickly, then remove from heat.
Stir in 1 cup chopped walnuts and 3 cups flour.
Pat the dough evenly into a 13x9 glass pan. The dough is hot, so I use the back of a wooden spoon to whack it in as much as possible and then use my hands to finish.
After approximately 10 minutes of baking, cut into 24 and pour approximately 1/3 cup honey over
Replace in oven. Add another 1/3 cup of honey after another 10 minutes or so. Repeat once more. Remove when edges start to brown - 35-40 minutes. Pour (at least)1/2 cup honey over top. Garnish with walnut halves if you like.

5:49 PM  
Blogger sarah said...

thanks to all,

Newtols, I will try your recipe and let you know, where are you from?

Sarah

8:25 AM  
Blogger Artaud / Cinéma said...

Bonjour Sarah
Je suis actuellement en train de faire des recherches sur la cuisine judéo-espagnole, et je découvre votre blog avec plaisir. Mais je vois que vous n'y avez plus rien posté depuis 5 ans. J'ignore si vous aurez ce message. En tout cas, je vous écris car j'ai la recette du tishpishti, telle que me l'a transmise ma grand-mère, née en Bulgarie à Tatar-Pazardjik en 1911. Elle n'est plus de ce monde mais son souvenir survit dans notre famille (Marseille) en grande partie grâce à sa cuisine. Voici donc la recette :

[C’est un gâteau mystérieux, sur lequel il est difficile de trouver des renseignements. Je l’ai vu à la carte d’un restaurant du Grand Bazar d’İstanbul. Il figure aussi dans le livre de cuisine judéo-espagnole de Méri Badi, mais, en tant que gâteau de Pâque, il ne contient pas de farine, qui y est remplacée par des œufs, alors que dans famille il est à la farine. J’ignore s’il est turc ou bulgare.]

Ingrédients :
Pour la pâte : 1 verre ½ d’huile — 1 verre d’eau — 1 cc de levure chimique — 3 ou 4 cs de sucre en poudre — 1 petite pincée de sel — farine à vue — cerneaux de noix.
Pour le sirop : 1 rangée ¾ de la boîte de sucre en morceaux (soit 60 + 45 + 105 morceaux) — de l’eau — quelques gouttes de jus de citron.
Préparation :
1. Dans un plat à four rond ou rectangulaire, mélanger les ingrédients à la cuillère et ajouter de la farine jusqu’à obtention d’une pâte très homogène. Le fond du plat et ses bords doivent rester « propres ». Aplatir la pâte.
2. Préchauffer le four. Au couteau, tracer assez profondément sur le gâteau un quadrillage régulier en losanges de 3 X 3 cm. Mettre sur chaque losange un cerneau de noix. Enfourner à 200°.
3. Préparer le sirop. Mettre les 105 morceaux de sucre dans une cassserole. Couvrir d’eau et faire bouillir. Remuer. Baisser le feu quand l’ébullition s’annonce.
4. Quand le gâteau brunit, en vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau, qui doit ressortir propre.
5. Le sirop est prêt quand il perle au bout de la cuillère, « un peu plus fluide que le miel ». Ajouter une cuillérée de citron pressé.
6. Verser le sirop sur le gâteau refroidi. Il pénètre par le quadrillage. Servir le lendemain

J'espère que vous aurez mon message et en attendant je vous félicite pour cet excellent blog. Je ne parle pas le judéo-espagnol, mais le comprends un tout petit peu. À bientôt de vous lire ?
Olivier Guéritaine

8:08 AM  
Blogger sarah said...

Bonjour Olivier,
Oui c'est vrai, cela fait longtemps que je n'ai pas publié quelque chose sur le blog...
Je voulais surtout vous remercier pour votre commentaire et surtout d'avoir partagé votre recette familiale. Chaque recette transmet une histoire et une mémoire.
Sarah

10:49 AM  

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home